Publicitéx
Automoto


La CommAuto stimule la concurrence!

Vers la mi-juillet, l'Union européenne doit statuer sur la suppression d'un aménagement spécifique des règles de la concurrence pour le secteur automobile. L'adoption de cette décision entraînerait une augmentation des prix et la disparition d'emplois en Suisse. Sous l'égide de l'UPSA (Union professionnelle suisse de l'automobile), divers groupements et entreprises de l'automobile appellent la ComCo (Commission de la concurrence) à reconduire la CommAuto actuellement en vigueur en Suisse.

"La CommAuto stimule la concurrence. Elle a donc une incidence économique essentiellement positive pour les quelque 5200 garages qui emploient 38 000 personnes environ", explique Gregor Bucher, chef du service Commerce/Communication de l'UPSA. L'économie nationale profite aussi de cette concurrence. Il faut savoir que les entreprises de l'automobile représentent en Suisse un chiffre d'affaires annuel de 90 à 100 milliards de CHF.

La CommAuto est la transposition en Suisse du règlement européen d'exemption par catégorie du secteur automobile (REC 1400/2002) de 2002. Ces normes réglementent la vente et la réparation des voitures au sein de l'UE et en Suisse. Les accords anticoncurrentiels comme les prix imposés ou le cloisonnement du marché suisse sont interdits. Au final, c'est le consommateur qui est gagnant.

Grave handicap pour les PME
En juin prochain, la Commission européenne devrait statuer sur la suppression totale ou partielle du REC automobile (après une période transitoire de deux ou trois ans). La Suisse envisage de se conformer à la décision de Bruxelles et de ne pas reconduire la CommAuto en Suisse. "Mais sans cet aménagement, les petites et moyennes entreprises n'auront pratiquement plus aucune chance de faire face à la concurrence", ajoute Gregor Bucher. La branche automobile, les sous-traitants et les organisations de travailleurs brossent un tableau plutôt sombre pour l'économie nationale en Suisse, qui n'a pas les mêmes intérêts que les constructeurs. Ils prédisent:

-une hausse significative des prix dans les domaines ventes, réparations et pièces détachées
-la disparition d'emplois et de places de formation
-la réapparition d'ententes réprouvées, ayant pour effet de cloisonner le marché
-la mise en péril de structures favorables aux clients
-la disparition de distributeurs multimarques et de garages indépendants

Pour l'UPSA (Union professionnelle suisse de l'automobile) et de nombreuses associations, le renouvellement de la CommAuto est indispensable. Elle préserve les intérêts du consommateur, stimule une croissance saine du secteur et favorise le maintien d'emplois et de places de formation. Les associations citées ci-après réclament sa reconduction: Union suisse des arts et métiers (USAM), Touring Club de Suisse (TCS), Automobil-Club de Suisse (ACS), swiss automotive aftermarket (SAA), Union suisse du métal (USM), Association suisse des sociétés de leasing (ASSL), Association indépendant commerce automobile suisse (VFAS), Union suisse des mécaniciens en cycles et motos (USMCM), syndicats Unia et Syna. Selon Gregor Bucher, "ce soutien massif souligne l'importance de la CommAuto pour préserver la concurrence dans le domaine des prix, faciliter l'accès au marché et conserver des emplois et des places de formation".
Plus d'informations en ligne :
Rédigé le 09.07.2009 | Benjamin Perrier


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
4 + 9 = 

Automoto