Publicitéx
Automoto


9 véhicules tout terrain sur 10 roulent en plaine

Parce que la Suisse est un pays très montagneux, les objectifs d’efficacité pour les voitures neuves ne devraient pas y être aussi sévères que dans l’UE. Pourtant, 87% des véhicules tout terrain lourds circulent en plaine. Demain soir, le Conseil national décidera des nouvelles directives en la matière.
A l’horizon 2015, les voitures neuves vendues dans l’UE ne pourront en moyenne pas émettre plus de 13 grammes de CO2 par km. Les Suisses achètent les mêmes voitures, mais la commission de l’énergie du Conseil national veut un objectif d’émissions propre à la Suisse de 150 g de CO2 par km. L’argument principal utilisé pour justifier cette valeur élevée est que la Suisse est très montagneuse, raison pour laquelle les voitures doivent y être plus puissantes.

Les calculs récents effectués par Ernst Basler + Partner SA sur mandat du WWF Suisse montrent pourtant que 87% des véhicules à traction intégrale lourds de plus de 2 tonnes circulent en plaine (dans les communes situées à moins de 700 m d’altitude). Dans la catégorie la plus lourde (plus de 2,5 tonnes), cette proportion est même de 91%. Les cantons du Tessin, de Zoug et de Schwyz comptent le plus de véhicules tout terrain lourds tandis que les cantons de Fribourg, de Neuchâtel et du Jura sont ceux qui en ont le moins. Dans les riches communes de plaine comme Wollerau (SZ), Collina d’Oro (TI) ou Cologny (GE), plus de 10% de toutes les voitures sont de lourds 4x4 alors qu’il n’en existe quasiment pas dans de nombreuses communes de montagne comme Fieschertal (VS), Hinterrhein (GR) ou Sonogno (TI).

Le poids des véhicules est un facteur essentiel en matière d’émissions de CO2: la règle veut que 100 kilos supplémentaires augmentent la consommation de carburant d’un demi-litre au 100 km. La quantité de CO2 ainsi produite est d’autant plus importante. Les émissions de CO2 dues au trafic en Suisse ne cessent de croître année après année, alors qu’elles devraient baisser de manière drastique. L’efficacité des véhicules est un facteur important pour y parvenir, d’autant plus qu’il s’avère aussi avantageux: d’après une étude de McKinsey, aucune autre mesure de protection du climat permet d’économiser autant d’argent que des véhicules plus efficaces.

Aujourd’hui, presque tous les fabricants proposent un grand choix de voitures de ce genre. Pour cette raison, la plupart des importateurs seront en mesure d’atteindre sans problème l’objectif d’émissions moyen de 130 g de CO2 par km en 2015. Il est prévu que le Conseil national décide demain soir de la nouvelle valeur limite.
Plus d'informations en ligne :
Rédigé le 02.06.2010 | Joëlle Gilliéron


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
4 - 9 = 

Automoto