Publicitéx
Automoto


Les diesels écologiques de Toyota

Dans le but d'atteindre un respect optimal de l'environnement, Toyota propose un grand nombre de ses modèles en motorisation diesel munie d'un filtre à particules. Avec les plus récents, dotés de leur Clean Power Diesel, ils constituent une gamme complète de diesels propres.
La proportion des diesels dans les ventes de voitures neuves n'a cessé d'augmenter en Suisse au cours des dernières années. Alors qu'elle n'était encore que de 6,6% en 1999, elle a grimpé à 28,1% l'an dernier. Au premier trimestre de 2006, la part des diesels atteignait même 29,0%. Cela prouve l'intérêt croissant pour ces motorisations en Suisse qui se dirige, elle aussi, vers un parc automobile dominé par le diesel.
L'objectif de Toyota est de zéro émission. Toyota considère que l'un des défis centraux du 21e siècle consistera à résoudre le conflit entre une saine croissance industrielle, d'une part, et la sauvegarde de l'environnement, de l'autre. Sur la voie de l'authentique écomobile et de la réduction globale de la consommation et des émissions de CO2 du parc automobile en Suisse, selon la convention passée avec le DETEC, les diesels dépollués jouent un rôle important, à l'instar des propulsions hybrides.
Grâce à la combinaison unique en son genre d'un filtre à particules et d'une dépollution catalytique, de ses modèles de grande diffusion Avensis, Corolla Verso et RAV4, Toyota propose l'une des motorisations diesel les plus propres du monde. Le moteur 2.2 D4-D Clean Power se signale par des émissions d'oxydes d'azote et de particules de suie nettement inférieures aux limites imposées par la norme Euro 4 en vigueur.
Depuis sa commercialisation dans l'Avensis, en 2005, ce nouveau diesel de Toyota fait les gros titres. Ce moteur de 2,2 l convainc autant par son développement de puissance magistral et onctueux que par son respect de l'environnement. Turbodiesel quatre cylindres 16 soupapes, à deux arbres à cames en tête et injection par rampe commune, il fournit un énorme couple de 400 Nm dès 2000 tr/min et une remarquable puissance de 130 kW (177 ch) à 3600 tr/min. En dépit de ces performances hors du commun, il a une consommation moyenne inférieure de 20% par rapport à des moteurs de puissance comparable.
Aujourd'hui, Toyota propose également son diesel D-cat
de haute technicité sur ses Corolla Verso et RAV4 nouvelle mouture. Accouplé à une boîte idéalement étagée à 6 vitesses, le 2.2 D-4D Clean Power constitue aussi la motorisation de pointe pour ces séries auxquelles il confère un comportement antipollution modèle. Il reste nettement en dessous des valeurs limites de la norme Euro 4: de 48% (RAV4) ou 40% (Corolla Verso), en ce qui concerne les oxydes d'azote, et même de 88% (les deux modèles) pour ce qui est des particules de suie, dont l'importance a été récemment soulignée dans le contexte de la discussion sur les poussières fines. L'Avensis est le seul modèle qui s'en sorte mieux encore, avec 56% (NOx) et 92% (particules) en deçà de la limite de la norme Euro 4. Il y a d'ailleurs des chances qu'avec des valeurs pareilles le 2.2 D-4D Clean Power répondra encore à la norme Euro 5 qui devrait être définie en 2007 et entrer en vigueur en 2010.
Le fait que ce 2,2 litres diesel soit si propre repose, d'une part, sur la technique brevetée Toyota Clean Power D-CAT (Diesel Clean Advanced Technology), qui réduit massivement les polluants dans les gaz d'échappement, en combinaison avec le filtre à particules et la dépollution catalytique. Il est dû, d'autre part, à une conception mécanique de pointe, qui contribue largement à ce comportement très respectueux de l'environnement. Grâce à la haute pression d'injection atteignant 1800 bars — contre 1350 à 1600 habituellement —, le carburant se trouve encore plus finement nébulisé et la combustion est d'autant plus complète. Enfin, ce moteur a un avantage de plus: sa construction en aluminium le rend plus léger de 12,5% par rapport à son prédécesseur, en dépit de la présence de masselottes d'équilibrage sur son vilebrequin, destinées à réduire le bruit et les vibrations.
Le moteur 2,0 litres D-4D comme les deux 2,2 litres D-4D (Clean Power inclus) sont produits en Pologne, dans l'usine de Toyota Motor Industries Poland (TMIP). En service depuis 2005, cette nouvelle usine a une capacité annuelle de 180 000 unités.
En 2004, la part du diesel aux ventes totales de Toyota neuves en Suisse était de 10,6%. En 2005, elle atteignait déjà 17,3%. Pour 2006, tout indique que cette proportion va encore croître, vu qu'elle était de 19,9% dès le premier trimestre.
L'objectif intermédiaire de réduction de la consommation normalisée spécifique moyenne de l'ensemble du parc automobile suisse, visé par la convention conclue entre auto-suisse et le DETEC, était fixé à 7,15 litres aux 100 kilomètres. Marque à grande diffusion, Toyota reste en deçà de ce chiffre grâce à ses modèles diesel et hybride (Toyota Prius) ainsi qu'à ses motorisations VVT-i à haut rendement énergétique. L'an dernier, la consommation moyenne de la flotte des Toyota en Suisse ne dépassait en effet pas 7,07 litres aux 100 kilomètres.

Plus d'informations en ligne :
Rédigé le 06.06.2006 | Benjamin Perrier


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
4 + 2 = 

Automoto