Publicitéx
Genève


Quand mobilité rime avec liberté!

Des superstructures discrètes et élégantes, des ascenseurs adaptés aux personnes à mobilité réduite, le Parking du Mont-Blanc se veut parfaitement intégré dans son environnement urbain et naturel. Avec des actions en faveur de la mobilité dite «douce», l’entreprise agit comme partenaire général de la mobilité à Genève. Explications avec René Denat.

Avez-vous anticipé les problèmes de mobilité en construisant le
Parking à cet endroit?

Cet emplacement a été retenu à la fin des années 60 parce qu’existait déjà, en surface, le parking du Touring Club Suisse. Par cheminement, l’idée a germé d’en faire un autre plus grand et plus confortable, d’abord en surface, puis en sous-sol, et de là, sous l’eau. Atout environnemental, cela a permis de rendre le terrain à la végétation, de rendre l’infrastructure invisible en surface et de préserver la beauté du site. Atout économique, c’est le seul parking situé à proximité immédiate des Rues Basses et des activités économiques. Il est donc vite apparu que cet endroit serait le plus adéquat autant pour les automobilistes que pour le dynamisme du centre-ville. Un parking moderne, bien situé, est un avantage majeur pour une mobilité optimale dans une ville et pour son développement économique. Et le parking du Mont-Blanc répond à ces exigences.

Vous venez d’offrir le Trophée de la mobilité «Place des Affaires» pour la deuxième année consécutive. Quelles en sont les raisons?
Parce que la mobilité est notre préoccupation permanente. Nous sommes des professionnels de la gestion de la mobilité, même si dans nos parkings, paradoxalement, les voitures se retrouvent immobilisées. En influençant les comportements des automobilistes, les parkings sont naturellement des acteurs de la mobilité. Le Lauréat du Trophée de la Mobilité 2007, Roald Quaglia, qui a été le Président du Groupement Transports et Economie, a marqué de son empreinte le concept de complémentarité transport privé/transport public. Le Lauréat 2008, Guy Zwahlen, président de la section genevoise du Touring Club Suisse, est un ardent défenseur de la mobilité à Genève. Il défend la notion de libre circulation au centre-ville tout en respectant le droit de tout un chacun d’agir selon sa volonté, ses possibilités et ses besoins.

Pour vous la mobilité rime-t-elle avec liberté?
Effectivement. La première qualité d’un véhicule, c’est d’être un instrument de liberté. Le parking du Mont-Blanc est l’un des éléments qui assure un équilibre entre les divers modes de transports.

Comment un parking peut-il être partenaire de la mobilité?
Cela peut paraître paradoxal, mais les parkings sont l’un des éléments constitutifs de la mobilité. Concrètement, si vous prenez le parking du Mont-Blanc, celui-ci offre plusieurs services qui vont dans ce sens: le stationnement, le ticket de parking - qui permet de circuler librement dans les transports publics (voir encadré)-, le système d’informations avancées InfoParking. Ces panneaux électroniques qui informent les automobilistes en temps réel sur les places libres dans les parkings de la ville… C’est un outil indispensable aujourd’hui.

Quelle est votre sentiment sur la traversée de la Rade?
Dans l’urgence, la construction d’un passage quai à quai en tunnel est indispensable pour désengorger le trafic sur le Pont du Mont-Blanc. Dans un deuxième temps, à l’horizon 2030, la création d’un bouclement autoroutier beaucoup plus au large destiné à parachever l’autoroute de contournement de Genève. Cet ouvrage sera plus européen que genevois et certainement construit sous les hospices de la Confédération.

Quelle est votre vision de la Genève-Mobile à l’horizon 2020?
Lorsqu’il était Président du Conseil d’Etat, Robert Cramer avait prévu, statistiques à l’appui, une augmentation du trafic de 40%. Les perspectives sont donc très claires, on se dirige vers une saturation plus extrême qu’aujourd’hui. La tranche horaire de bouchon du matin 7h-9h va s’étaler davantage. En réaction, de nombreuses entreprises réfléchissent, et nous les premiers, à la problématique générale d’adaptation des horaires aux réalités quotidiennes. Il s’agira de faire évoluer les horaires de travail le matin et le soir.
Propos recueillis par bp

René Denat Bio express

Genevois de naissance et de nationalité, a suivi toutes ses études à Genève, trente ans dans le commerce de détail en Suisse romande, puis directeur et administrateur délégué de Parkgest Holding S.A., Société propriétaire, entre autres, de Parking du Mont-Blanc.

A présidé la Fédération économique du Centre ville dont il est maintenant président d’honneur, ainsi que ParkingSwiss à Berne, Association professionnelle faîtière des Parkings en Suisse.

Il siège également dans plusieurs organismes rattachés à l’économie et au tourisme genevois.
Rédigé le 06.03.2008 | Benjamin Perrier


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
6 - 2 = 

Genève