Le 12e Festival du Film Vert dévoile un copieux programme et deux films primés !

Au moment où un illuminé outre-Atlantique traite toutes les informations qui ne lui conviennent pas de « fake news », nie le réchauffement climatique et écarte toute considération écologique, la raison d'être du Festival du Film Vert est plus essentielle que jamais : délivrer une information complète, fondée et indépendante de tout intérêt économique dans le but d'élargir le débat et proposer une autre vision de notre société. Les réalisateurs des documentaires proposés durant le festival ne travaillent pas pour l'appât du gain ou la gloire – au contraire, il est souvent difficile de boucler les budgets de ces films. Ils réalisent un travail sincère, objectif et essentiel.

Cette année, le Festival du Film Vert a encore étoffé son programme et sa notoriété: c'est dans pas moins de 55 sites différents, en Suisse romande mais également en France et dans 8 villes outre-Sarine qu'il sera possible d'assister aux 239 séances figurant au programme (contre 164 l'année dernière), du 1er mars au 9 avril.
Greenpeace, partenaire du Festival depuis 2009 et la FEDEVACO ont fait leur choix parmi la cinquantaine de films programmés et remettront leurs prix le 4 mars, lors de la journée d'ouverture qui se déroulera au Musée d'Histoire Naturelle de Genève. Leurs verdicts sont déjà connus.

Futur d’espoir: un film inspirant

Greenpeace a choisi de primer le documentaire Futur d’espoir de Guillaume Thébault, qui s’est immédiatement distingué par sa pertinence locale, la fraîcheur et l’humour qui s’en dégagent. Le réalisateur découvre des aspects méconnus de l’agro-écologie, s’interroge, chemine au gré des interlocuteurs qu’il rencontre en leur posant des questions pertinentes, essentielles : experts, paysans, citoyens témoignent de leur travail et de leur relation avec la terre.
La qualité des images, du montage, de la réalisation et de l’enquête sont à relever. „Le jeune réalisateur curieux, passionné et autodidacte, a su produire un documentaire captivant et inspirant. Enfin le témoignage lucide et authentique d’un homme engagé“,relève Jasmine El Mulki, responsable du Bureau Greenpeace Suisse romande.
Futur d'espoir sera projeté dans 7 sites du Festival du Film Vert, et recevra un chèque de 2'000 euros, offert par Greenpeace.

The True Cost : la face cachée de la mode

Pour la deuxième année consécutive, la Fédération vaudoise de coopération s’associe au Festival du Film Vert, en remettant un prix spécial Nord-Sud. Cette année, The True Cost, réalisé par Andrew Morgan, a su séduire le jury de la faîtière des ONG vaudoises de développement. „Ce documentaire jette un regard dérangeant sur l’industrie du vêtement et questionne nos habitudes de consommation“, explique Pierre Zwahlen, président de la FEDEVACO. „Il nous a paru intéressant de primer un film qui dénonce non seulement les conditions de travail déplorables qui règnent dans l’industrie textile des pays du Sud – salaire de misère, heures supplémentaires, répression des activités syndicales ou absence de protection légale – mais qui pousse également à la réflexion“ précise-t-il. „Cette prise de conscience que nos achats ici, à bas prix, ont des répercussions à l’autre bout du monde doit contribuer à faire évoluer les habitudes des consommateurs.“ Le film The True Cost recevra un chèque de 2'000 euros, offert par la FEDEVACO. Il sera projeté à 13 reprises dans différentes villes.

Le programme complet, les horaires, des extraits des films et toutes les informations pratiques sont à présent disponibles sur le site www.festivaldufilmvert.ch.
Rédigé le 17.02.2017 | L' Extension


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
8 - 10 =