Publicitéx
Seniors


Les seniors sont particulièrement en danger sur les routes

Le dernier rapport SINUS du bpa – Bureau de prévention des accidents révèle que les seniors comptent encore et toujours parmi les usagers de la route le plus en danger. En effet, si le nombre d’accidents de la circulation graves a reculé de 45% chez les moins de 45 ans au cours de la dernière décennie, il a en revanche progressé de 18% chez les plus de 65 ans. Compte tenu des mutations démographiques et des importants risques d’accident, la sécurité routière de nos aînés mérite donc encore davantage d’attention à l’avenir.

Dans notre société vieillissante, le transfert de l’accidentalité routière vers les usagers de la route âgés se poursuit: un défi à relever pour la prévention des accidents, qui doit déterminer comment faire pour améliorer la sécurité routière des aînés.

Tandis que le nombre d’accidents de la route graves a sensiblement diminué (p. ex. de 45% chez les moins de 45 ans) ou est resté stable pour d’autres tranches d’âge, les seniors de 65 ans ou plus n’ont pas bénéficié dans la même mesure des progrès réalisés en matière de sécurité routière. Pour ces usagers de la route, le nombre de tués a certes connu une légère baisse, mais celui des blessés graves a augmenté, tant et si bien que leur nombre d’accidents graves a globalement progressé de 18%. Cette hausse concerne avant tout les accidents subis par les piétons, les motocyclistes et les cyclistes, qu’ils soient motorisés ou non.
Les seniors sur les routes: davantage en danger que dangereux pour les autres

Le facteur de risque de loin le plus important pour les usagers de la route âgés est leur grande vulnérabilité physique. «Sur les routes, les seniors sont davantage en danger que dangereux pour les autres», explique Uwe Ewert, collaborateur scientifique Recherche au bpa. Les altérations cognitives (capacités visuo-spatiales, vitesse de traitement des informations ou difficultés à évaluer les distances et les vitesses) sont d’autres facteurs de risque déterminants. Le comportement des seniors en termes de mobilité a par ailleurs évolué, ce que confirme p. ex. la forte hausse du nombre de dommages corporels graves subis à vélo électrique. En 2011, 18 cyclistes motorisés âgés ont été l’objet de blessures graves ou mortelles, contre 65 en 2015. Selon Uwe Ewert, la prévention des accidents chez les seniors doit donc se concentrer non seulement sur les piétons, les automobilistes et les cyclistes classiques, mais également sur les utilisateurs de vélos électriques.

Mesures de renforcement de la sécurité routière

Ainsi, les mesures portant sur l’infrastructure routière et la protection offerte par les véhicules (parties frontales plus souples ou équipées d’airbags) sont essentielles. Les stratégies suivantes sont par ailleurs particulièrement prometteuses pour éviter les accidents des usagers de la route âgés :

  • s’efforcer d’obtenir une obligation légale d’équiper les véhicules de systèmes anticollisions avec détection de personnes;
  • contrôler périodiquement toutes les traversées piétonnes en portant une attention particulière aux besoins spécifiques des seniors;
  • inciter les autorités compétentes à mettre en œuvre le régime de vitesse 50/30 km/h en localité et sensibiliser la population en la matière;
  • exploiter dans leur intégralité les possibilités de traitement des maladies ou des altérations dues à l’âge en formant et informant les médecins, et en sensibilisant les usagers de la route âgés;
  • évaluer la mise en application et l’impact des nouvelles dispositions de l’ordonnance sur l’évaluation de l’aptitude à la conduite.
Rédigé le 25.10.2016 | L' Extension


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
6 - 7 = 

Seniors