Emploi


Le restaurant d'application Le Trinquet fête ses cinq ans sur un joli succès

Le restaurant Le Trinquet tourne aujourd’hui à plein régime. Créé à la demande de l’office cantonal de l’emploi il y a un peu plus de cinq ans, cet établissement permet aux employeurs de la restauration d’y engager leurs futurs collaborateurs. Avec un taux de retour à l'emploi de 60% en 2015 et de 73% en février 2016, la formule séduit toutes les parties. Une formation unique en son genre, un suivi pointu des candidats et le développement de solides partenariats publics-privés expliquent ce succès.

En 2015, après cinq ans d'activité, 60% des candidats à l’emploi qui ont travaillé au Trinquet ont été engagés. Un joli succès pour cette mesure d'insertion de l’office cantonal de l’emploi et pour tous les acteurs impliqués dans la gestion du restaurant et l'encadrement des candidats. Le projet est piloté en partenariat avec Novae Restauration SA, entreprise active dans le domaine de la formation. La collaboration avec le secteur privé sur un projet de ce type est unique en Suisse.

Depuis 2011, Le Trinquet, certifié AOMAS1, a déjà formé près de 650 candidats à l’emploi. Sa structure permet d’accueillir vingt-six postulants en permanence pour une durée de quatre mois au maximum. Sélectionnés notamment pour leur motivation, les candidats sont formés en situation réelle, un privilège rare. De la salle aux fourneaux en passant par l'intendance, tout le personnel de l’établissement de la route des Acacias peut se faire engager à tout moment par des employeurs de la restauration.
Les relations de confiance établies avec les différents partenaires de la restauration et de l’emploi permettent de cerner les besoins immédiats des employeurs et de leur proposer le meilleur profil de candidat. « Immergés dans le tissu économique, nous créons des ponts entre les travailleurs en formation et les besoins du marché. Les employeurs nous font confiance, c’est très gratifiant », explique Chantal Burille, responsable de l’encadrement au Trinquet.

Disponibles immédiatement, encadrés et formés sur mesure, ces candidats à l’emploi mettent en moyenne deux mois et demi pour trouver du travail. Les compétences sont vérifiées et validées en situation par les formateurs, mais aussi par les futurs employeurs. Il s’agit de la seule mesure de ce type à Genève.

Lors de l’engagement de candidats, les professionnels de la restauration peuvent, dans certains cas, bénéficier du soutien de l’allocation d’initiation au travail (AIT). Cette aide financière les encourage à compléter la formation de leurs nouveaux employés.

1 AOMAS : norme de qualité pour l'insertion professionnelle de l'association des organisations de mesures de marché du travail de Suisse.
Rédigé le 27.05.2016 | L' Extension


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
10 + 7 = 

Emploi