Publicitéx
Développement durable


Ville de Carouge, nouveaux potagers urbains entre voisins

La Ville de Carouge, en partenariat avec le groupe de conseillers en environnement WWF-Sanu « Les Carottes Rouges », installe une cinquantaine de bacs potagers à partager en pleine ville. Amener plus de nature et de biodiversité en ville, promouvoir une alimentation bon marché, locale et bio à moindre coût ainsi que proposer un lieu où l’échange est favorisé entre des populations variées sont les objectifs de cette action qui s’inscrit dans le cadre des dix ans de l’Agenda 21 de la cité.

Le projet

Cultiver en ville rencontre un succès grandissant, et Carouge n’échappe pas à ce mouvement porté par ses habitants. Installés sur quatre sites au pied des immeubles (Triangle des Pervenches, Ecole de la Vigne Rouge, Avenue de la Praille, Square Montfalcon), les bacs potagers en libre accès sont une solution simple, économique et conviviale pour jardiner au coeur de la ville tout en améliorant l’environnement citadin et le bien-être des Carougeois. Lieux de rencontres et d’échanges, ils participent également au renforcement des liens entre habitants et contribuent à favoriser une plus grande mixité sociale et intergénérationnelle.

Comment ça marche ?

Des parrains ou des marraines sont répondants pour chaque site et s’engagent ainsi à suivre de près les plantations tout en bénéficiant d’un accompagnement pour le lancement et la mise en oeuvre de cette initiative. Elèves des écoles primaires, résidents du Foyer d’accueil des migrants et habitants sont d’ores et déjà parties prenantes de ce projet participatif. La santé et le bien être sont l’affaire de tous, c’est pourquoi des supports didactiques et des animations ludiques autour du droit à l’alimentation et de la biodiversité ont été développés tout au long des étapes du projet en partenariat avec Terre des Hommes Suisse et SlowFood Genève.

Cette volonté de mettre à disposition des habitants des bacs potagers afin de cultiver, partager et manger ses propres fruits et légumes est portée par une dynamique citadine, où chacun peut y cultiver et récolter librement et sans inscription les plantes et légumes de son choix, de manière écologique.

Le projet nécessite la participation de toutes et tous, et les nombreux parrains et marraines impliqués permettront de poursuivre cette action en 2018.
Rédigé le 04.04.2017 | L' Extension


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
8 - 5 = 

Développement durable