Publicitéx
Chronique


Après la démocratie en ébullition, meilleurs voeux pour Genève !

Véritable marathon démocratique que ce 2013 ! Nous avons voté en mars, juin et septembre avant d’attaquer le renouvellement du Grand Conseil puis du Conseil d’Etat. Et 2014 s’annonce aussi dense : trois votations populaires, et pas des moindres, plus l’élection des Magistrats du pouvoir judiciaire en deux tours !

Si on revient aux dernières élections, tous s’accordent à dire que la période électorale fut trop longue. On finissait par tourner en rond. A relever que, malgré les programmes politiques existants, c’est « la tête des candidats » qui a largement dominé la campagne.

La gauche-gauche n’allait pas renouveler sa division qui l’a privée, pendant la dernière législature, de toute représentation, malgré ses 12% d’électeurs. Ensemble (cette fois) à Gauche, revient donc, légitimement (8,75%). Les socialistes, vraiment pas au mieux de leur forme, alliés avec des verts qui n’ont plus du tout le monopole de l’écologie ont sauvé les meubles mais diminué le bloc de la gauche plus modérée que l’autre, avec la très lourde défaite Ecolo.

L’Entente sort affaiblie par le fléchissement du PLR qui construit son nouveau parti, sans doute avec détermination mais avec une adversité interne non contenue. En son sein le PDC, auquel on prédit régulièrement à tort la fin genevoise, se maintient et représente un tiers bien utile à ce bloc-là.

Tout à droite, l’UDC et le MCG, on ne cesse de progresser. Le discours est ce qu’il est, clair avec de pénibles écarts de langage, créant souvent des malaises. Mais si on retire ces excès, volontairement choquants, reconnaissons que certains problèmes soulevés sont réels et reflètent un ras le bol qui dépasse le nombre d’électeurs des 2 formations populistes. Venant d’elles par contre, plus grave est le rejet de l’Europe, la dénonciation des accords passés, et l’isolement économiquement dramatique qu’un éloignement provoquerait. Pour le reste quand on est durablement minoritaire au parlement et absent de l’Exécutif, il est facile de dire que l’on ferait beaucoup mieux !

Le Grand Conseil est donc formé de 3 blocs, ce qui n’est pas nouveau. Le peuple a aussi décidé que les trois tendances seraient représentées au Gouvernement et et au fond, peut-être est-ce une bonne chose. Dès lors, l’Entente apporte clairement une base gouvernementale cohérente. La gauche, qui perd un siège au profit du MCG, assure une présence rose-verte, faute d’être rouge. Et voilà que le 3ème bloc « maudit » arrive. C’est le début d’une prise concrète de responsabilités. Pas inutile, même si ses députés risquent de rester dans l’opposition.

Au-delà des effets oratoires et des « coups de gueule », qui risquent d’être d’autant plus vifs que le MCG, avec l’arrivée d’Ensemble à Gauche, ne sera plus seul dans ce registre, espérons que finalement, pour les vrais problèmes, ceux qui touchent la formation, l’économie et l’emploi, la santé, la sécurité, l’aménagement du territoire, la mobilité, la fiscalité, l’endettement la prospérité du canton, le Gouvernement saura dégager des consensus au nom d’un intérêt supérieur pour Genève et sa population. Cette première condition remplie, souhaitons que le Grand Conseil apporte au Gouvernement le soutien dont il aura besoin. Pour Genève.

A vous chers lecteurs, une heureuse nouvelle année !
Rédigé le 05.12.2013 | Enza Testa Haegi


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
6 - 4 = 

Chronique