Publicitéx
Chronique


La Suisse est une résiliente !

A chaque fois qu’il nous paraît recevoir un coup dur, dans la vie privée comme collective, en réalité il s’avère dans la plupart des cas que ce qui nous semblait comme « désespéré » nous fait rebondir, réfléchir, trouver de nouvelles, dynamiques et innovantes solutions.

A Genève, on se souvient encore par exemple de l’abandon de l’aéroport de Genève par Swissair qui compromettait son avenir, il y a de cela quelque 18 ans. Avec le recul, on se dit maintenant que ce fut une véritable chance. Après la déception, il fallut se «remonter les manches». Il n’y avait pas d’autre choix ! En 2014, les activités liées à Cointrin sont florissantes !

Ce parallèle peut sembler hasardeux de prime abord, pourtant on peut y trouver bien des similitudes avec la votation du 9 février dernier. Dans un cas comme pour l’autre, nous ne nous y attendions pas. Rares sont les acteurs de l’économie qui prévoyaient un tel résultat. Tout au plus, on pouvait imaginer un score d’alerte, car les voyants sont au rouge dans certains domaines, sécuritaires notamment. Est-ce que des votants auraient confondu les débats ? Mais on ne peut pas remonter le temps. Le peuple, souverain, en a ainsi décidé et cela ne se discute pas, cela s’applique.

Une fois dépassé le stade de l’inquiétude, il nous faudra bien aborder les défis qui nous attendent, tant aux niveaux économiques que sociétaux, pour ne pas rester cantonnés dans un isolement économique néfaste. Rapidement, il nous faudra sortir de notre «zone de confort» pour créer les contours de la Suisse de demain.

En aucun cas, cela ne remet pas en question le fonctionnement de nos institutions, garantes justement de notre identité nationale et en grande partie responsables du «miracle» suisse. Au mieux l’envie de quelques légères adaptations en regard à notre augmentation démographique. Mais là n’est pas la question !

Confrontée à un monde de plus en plus complexe, l’époque est stimulante et riche d’opportunités à saisir, à créer, à mettre en place, ici et ailleurs. Tout reste à inventer et les technologies connaissent une progression qui désormais dépasse l’imagination car le génie humain ne cesse de dépasser les limites du possible.

Si on ajoute à cela des sensibilités comme l’environnement, et le développement durable de façon plus large, qui ont finalement intégré (avec un peu de mal) et même pu parfois booster l’économie, les temps futurs paraissent passionnants. Mais qui a donc dit : «la nouvelle économie d’aujourd’hui est bel et bien l’ancienne de demain matin» ?

J’ai hâte d’y être et d’en être.
Rédigé le 17.04.2014 | Enza Testa Haegi


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
3 - 9 = 

Chronique