Chronique


C’est le moment de se cramponner !

On peut être de nature optimiste. Penser que tout s’arrange et choisir d’être résolument en mode «attitude positive».

Pourtant, dans l’environnement actuel cela devient difficile. Nos valeurs fondamentales sont remises en question par des drames odieux qui nous sensibilisent tous. Alors, les émotions sont trop fortes. Des images d’horreur nous arrachent des larmes de tristesse et d’impuissance. C’est pourquoi, le renforcement, voire la réforme, de nos systèmes sécuritaires devient urgente. Ces mesures, que nous ne pourrons pas éviter, auront l’avantage de limiter les risques, sans doute d’épargner des vies, mais pas le pouvoir de tout empêcher. Tristement, le monde est parti pour continuer de compter d’innocentes victimes.

Sommes-nous condamnés à vivre dans la peur ? Faudra-t-il faire de la sécurité un réflexe permanent ? Surtout que, outre le risque venant d’ailleurs, il n’est plus possible de banaliser les risques locaux devenus courants. Qui ne connait pas un jeune ayant été agressé, volé, une personne âgée bousculée, dévalisée, des amis qui ont été cambriolés quand on ne l’a pas été soi-même ?

Et que faut-il penser des incivilités, légères ou graves, qui se sont multipliées prenant des formes diverses ? Il n’est plus question de les excuser, même si générées parfois par des désespoirs, des besoins de contestation, d’agressivité, de non-respect de l’autre ou simplement par un manque de savoir-vivre.

Certes, le sujet demeure complexe et si les réponses sont multiples, il faut nous «cramponner» quand même ! Tout n’est pas perdu !

Si, individuellement, nous ne changerons pas la planète, il nous est encore possible, ici, dans notre Région où la nature nous offre une belle qualité de vie, de donner aux plus jeunes l’envie d’entreprendre, d’avoir des projets privés et professionnels, d’embellir nos territoires urbains comme ruraux, de respecter ce qui nous entoure et de faire partager ces comportements à celles et ceux qui y habitent !

Avec espoir et sans peur, nous pourrons alors renouer avec la « positive attitude ».
Rédigé le 31.03.2015 | Enza Testa Haegi


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
8 - 7 = 

Chronique