Publicitéx
Chronique


Le CERN, symbole d’une réussite transfrontalière franco-suisse au rayonnement mondial

Des Amériques ou de l’Asie on comprend que ce Diamant soit «UNE REGION», et quand elle est présentée ainsi, elle est attractive. Mais ici, nous avons tendance à oublier ce que nous possédons ensemble pour privilégier nos «villages» respectifs, nos contrées, nos coins auxquels nous donnons des noms qui font penser qu’autour d’eux rien n’existe. Une Région est toujours à géométrie variable selon les objets que l’on traite. Comme un puzzle, elle est formée de plusieurs pièces. L’absence d’une seule d’elle, où qu’elle soit, le rend incomplet. Mais individuellement, elles ont leur propre valeur.

L’ARC* et ses communes françaises, associées au district de Nyon et au canton de Genève sont des composantes du Grand Genève, qui lui-même en est une du Diamant Alpin avec les cantons romands, les départements français alpins, le Val d’Aoste et le Piémont. Avec son nouveau statut institutionnel, elle devient une structure de rééquilibrage et de complémentarité déterminante pour la réussite du Grand Genève. Les Autorités françaises ont marqué leur ambition de ne pas vivre simplement dans le prolongement de la Ville internationale du bout du lac, mais en synergie avec elle. Les communes de l’ARC du «Genevois Français» entourant le canton de Genève et adossées aussi à celui de Vaud, ne manquent pas d’atouts pour apporter à l’agglomération franco- valdo-genevoise des valeurs territoriales, environnementales, touristiques, industrielles, de centres d’innovations et de recherche et de qualité de l’habitat.

Le CERN, l’exemple d’une grande ambition scientifique et d’une volonté politique

A cheval sur la frontière se trouve l’un des plus grands et prestigieux laboratoire scientifique du monde. Sa vocation est pour le moins ambitieuse, s’agissant de la découverte des constituants et des lois de l’Univers, avec ses grands accélérateurs et détecteurs de particules ignorant la frontière et passant naturellement de Suisse en France ! L’idée lancée à Lausanne en 1949, à la première Conférence européenne sur la culture organisée par le philosophe et écrivain suisse Denis de Rougemont, habitant du Pays de Gex, par le français Louis de Broglie, prix Nobel de physique, de créer un laboratoire scientifique européen, surmontera, pour se concrétiser, tous les obstacles législatifs et administratifs, voire un référendum genevois qui combattait la construction du CERN (Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire).

A tous les niveaux, inspirons-nous de cette volonté. Sans être directement comparables, les objectifs de l’ARC, ouvrent au Grand Genève du Diamant Alpin une innovante et large impulsion régionale à saisir. Dans ce contexte, pour réussir, les esprits doivent évoluer des deux côtés de la frontière. Par exemple, les instances de promotion économique deviendraient les ambassadeurs d’un autre territoire ; celui du Grand Genève en y associant, selon les sujets, d’autres voisins du Diamant Alpin ! Sur cette voie, nous serons tous plus forts ensemble et nous pourrons porter un vrai projet de société générateur de succès économiques, environnementaux et sociaux. Il faut expliquer et convaincre. C’est jouable.

*Assemblée Régionale de Coopération du Genevois français
Rédigé le 16.06.2015 | Claude Haegi


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
2 - 9 = 

Chronique