Publicitéx
Chronique


La fin de la médecine traditionnelle ?

D’abord, il faut saisir l’importance historique du changement technologique actuel en termes du nombre d’usagers et donc de la consommation de masse que cela représente, notamment pour la médecine traditionnelle :

Internet, depuis sa mise en fonction publique en 1993 a connu une évolution foudroyante... on compte aujourd’hui 3 milliards d’utilisateurs (1)... soit presque un habitant sur deux ...cela donne une idée à quel point cette technologie a pénétré le Monde et permet aujourd’hui de s’informer sur les meilleures pratiques médicales de la planète.

Les smartphones (ou téléphones mobiles intelligents) ont connu une progression historique encore plus rapide surtout depuis l’apparition du iPhone d’Apple en 2007. Il y aurait aujourd’hui 2 milliards d’utilisateurs (2) sur 5 milliards de téléphones mobiles (eh oui, encore seulement 40% sont intelligents!)... mais c’est tout à fait remarquable si l’on réalise que cela est arrivé grosso modo en moins de 10 ans. Aujourd’hui des centaines de milliers d’applications («Apps») nous aident dans l’accomplissement de nos différentes tâches. Dans le domaine de la santé c’est carrément l’explosion. On mesure tout. On diagnostique tout. On calcule tout.... ou presque. Mon médecin est désormais à portée de main, si l’on peut dire !

Facebook, fondé en 2004, a aujourd’hui 1,4 milliards d’utilisateurs actifs mensuels (3) dont 1,2 sur smartphones. Cela situe le niveau des réseaux sociaux en particulier sur les téléphones intelligents. Mais Facebook, c’est surtout un immense réseau conversationnel dans lequel par exemple les bonnes pratiques dans le domaine de la santé s’échangent instantanément.

Apple Watch a vendu 2,5 millions de montres connectées en moins de 15 jours (4). Cet appareil personnel et intime (en permanence sur le poignet) va être le principal véhicule du changement du rapport à la santé et aux soins car il peut nous faire entrer dans le monde en continu de l’autodiagnostic. Ses capteurs d’aujourd’hui mais surtout de demain seront capables de nous faire vivre en temps réel l’évolution des principaux paramètres de santé de notre corps. On saura par exemple bien plus tôt en avance si une attaque cardiaque se prépare ou si le taux de glycémie atteint une limite dangereuse pour les diabétiques par exemple. Mesurer en permanence depuis le poignet l’intérieur de notre corps, c’est possible et donc ce n’est plus qu’une question de temps pour que cela arrive...

Voilà comment quatre technologies nouvelles sont en train de bouleverser le système des «soins» au niveau mondial.

Ensuite, il faut voir à quel point l’ensemble de ces nouveaux dispositifs de communications et d’informations vont produire une quantité d’informations phénoménales qu’il va falloir bien traiter. Là, on sera sans aucun doute aidé par une myriade d’algorithmes qui prendront en charge des activités spécifiques notamment de santé pour nous assister. L’information et la connaissance véhiculées vont être mises en scène par les algorithmes («Apps») et ainsi fournir en masse des «savoir faire» personnalisés et actifs en temps réel. Un véritable basculement vers des pratiques émergentes et encore largement inconnues.

Ces nouveaux systèmes d’informations collaboratifs (réseaux sociaux) et en crowdsourcing sont tout simplement massifs tant en termes de quantité que de qualité. Quantité par le nombre d’informations et de connaissances produites mais également par le nombre d’acteurs (en fait tous les utilisateurs potentiels de ces nouvelles technologies) mais aussi en qualité grâce aux algorithmes qui peuvent calculer les procédures, les protocoles d’applications plus rapidement et plus sûrement qu’aucun médecin n’a jamais pu le faire.

Enfin le plus important à comprendre dans tout cela, c’est le rôle que va jouer le «patient» qui va devenir en quelque sorte très «impatient» tellement il va pouvoir accéder à un système de santé en temps réel.

«Patient» c’était l’attitude à avoir dans les salles d’attente... désormais accroché à sa montre des capteurs, il sera alerté en permanence sur son état normal mais aussi sur les modifications de son corps... peut-être aura-t’il besoin d’aide pour gérer tout cela... sans aucun doute... le «Patient» disposera de toutes les informations et connaissances utiles mais reste à savoir ce qu’il en fera !

C’est sans doute là que réside le principal problème pour l’avenir: «Car on le sait bien, ce n’est ni une question de technologie, ni une question de temps... mais bien une question de comment on va s’approprier le changement!

Sommes-nous prêts ?
Certainement pas.

Sommes-nous en marche vers ce nouveau système ? Peut-être bien. Nous allons certainement assister à la fin de la médecine traditionnelle!

Est-ce grave docteur ?
Pas vraiment si on se réveille et on s’adapte rapidement...en faisant face à cette nouvelle alarme ... par notre capacité individuelle et collective d’apprendre... d’apprendre beaucoup.... (à suivre).

(1) Selon l’Union internationale des télécommunications (ITU)
(2) Selon eMarketer
(3) Selon Wikipédia
(4) Selon Slice Intelligence
Rédigé le 15.06.2015 | Xavier Comtesse


Donnez votre avis

Les commentaires sont modérés, merci de patienter avant la parution sur le site !

Validation
2 - 7 = 

Chronique